Les limites techniques de Twitter et autre


Dans nos usages et dans nos modes de fonctionnement, nous usons et parfois abusons des choses.
Le grand public prend peu à peu conscience des limites des ressources naturelles. Mais avez-vous conscience qu’il en est de même pour vos services web préférés?

D’ailleurs, lorsque l’on parle de disponibilité des services web, on ne dit jamais que tel ou tel serveur a un taux de disponibilité de 100%, on préfèrera dire que sa fiabilité est de 99,99% . Et que ceux qui pensent que les plus gros sites mondiaux ne connaissent pas d’interruption de service se rassurent, cela est valable aussi pour Google, Youtube, Facebook ou Twitter.D’ailleurs ce matin, je voulais me connecter à mon compte Twitter pour suivre les nouvelles de Jérôme Micaux de chez NetVibes et voilà ce que j’ai eu :

Est-ce que lorsqu’un site Internet plante, cela veut dire que les équipes techniques n’ont pas pu prévoir la panne à temps ? Est-ce de la négligence ou un manque de moyen? Pour ce qui est de Twitter, l’interruption est prévue puisqu’il ne s’agit pas d’une page d’erreur incompréhensible, mais d’une désactivation de la procédure de connexion, remplacée par une page habillée graphiquement, dans le cas où un nombre critique de tweets est émis à un instant T. On peut imaginer que le cas de l’interruption de service est toléré jusqu’à un certain point. Ce qui est tout à fait logique, si on considère que ce genre de cas, peut n’être valable que pour un nombre extrêmement limité d’utilisateurs et se produire très rarement. En outre, les équipes de Tweeter garantissent ainsi le service pour les utilisateurs déjà en ligne. Car il faut garder en tête qu’une infrastructure aussi gigantesque soit-elle est limitée et est donc prévue pour un nombre maximum de requêtes simultanées et de nature précise (15 000 demandes de vidéo YouTube, ne demandent pas les même moyens techniques (serveurs, bande passante, etc…) que 15 000 recherches sur Yahoo Search)

Mais alors, comment savoir si le « problème » devient de plus en plus fréquent ? Comment savoir s’il est temps d’investir pour augmenter les capacités du service ? On peut tout à fait imaginer que cette jolie baleine blanche sur fond bleu portée par des petits oiseaux rouge (…), cache en réalité un code qui comptabilise les interruptions de service, enregistre le pays d’origine de l’internaute voulant se connecter, envoie une alerte aux administrateurs, etc., ce qui permet d’obtenir des statistiques claires et précises sur ces cas pour agir en conséquence.

Donc, aucun mystère de l’informatique, juste des machines limitées par leur capacité derrière des services sexy, révolutionnaires, ou banals, qu’il faut savoir gérer avec intelligence et bon sens !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s