Le soi disant scandale sur la surveillance des internautes (Facebook, Google, Apple, Microsoft and co)

Le soi disant scandale sur la surveillance des internautes (Facebook, Google, Apple, Microsoft and co)

On assiste toujours à la même rengaine. Les gens ont l’esprit endormie alors qu’ils se disent critiques. Ils prétendent être raisonnés alors qu’ils agissent en moutons. Mais c’est sûr, c’est plus simple de tout reporter sur l’extérieur alors que ce qui se passe est le résultat des choix de chacun.

Tout le monde sait que mettre sa vie sur la toile n’est pas très judicieux, et que le « grand vilain Facebook » sait tout de nous. Malgré tout, les gens continuent d’afficher, d’enregistrer leur vie privée sur ce réseau social et de prétendre agir pour le mieux en réglant leurs soi-disants paramètres de confidentialité. Mais quand un produit est gratuit, c’est l’utilisateur le produit. Sur Facebook par ex. rien n’est supprimé, même ce que l’on « supprime » via le bouton prévu à cet effet est conservé dans les serveurs de la firme.

Ceci est valable pour Apple ou Google, qui conservent, scrutent nos agissements, données, recherches, etc… . Ils se défendent en prétextant qu’il s’agit là du moyen le plus efficace pour améliorer l’expérience utilisateur. Cette expression est pas mal car elle leur permet de jeter de la poudre aux yeux du public, et de l’endormir (« ha oui c’est vrai que le design il est trop bien fait, c’est classe, c’est propre, c’est Apple/Google quoi« ). Il faut savoir que même si Google ou les autres ne souhaitent pas divulguer vos informations, ils le feront grâce au Patriot Act qui permet aux cellules du gouvernement américain de disposer d’un droit d’accès totale à n’importe quelle information concernant les internautes possiblement pédo-nazi-terroriste.

Je découvrais le mois dernier un très bon documentaire (datant de 2001 semble-t-il) intitulé Échelon – Le Pouvoir Secret


On y apprend par ex. que dans le milieu des années 80, les États-Unis surveillaient activement les associations écologistes ou agissant dans le social ou la santé (GreenPeace, la Croix Rouge, …). Quand je pense que le WWF (dont le WWF France) est passé sous Google Apps il y a deux ans environs, ça me sidère. Sans même parler de ce docu, je trouvais ça totalement incroyable, qu’une telle entité, puisse, de part son domaine d’action (la nature, les humains etc…) ne pas utiliser les logiciels libre pour sa messagerie collaborative. Ceci à plusieurs avantages (maîtrise de l’information, confidentialité, support de l’économie locale en passant par une PME française,…). En outre, « Choisir c’est Agir » comme on dit, choisir le libre c’est agir pour un modèle économique équitable, collaborative, et d’avenir….mais bon c’est vrai qu’il y a souvent moins de couleurs et de jolies boutons sur LibreOffice que sous Microsoft Word.

Le réseau Echelon est utilisé depuis plusieurs décennies pour l’espionnage industriel, récupérer des contrats commerciales sous le nez et la barbe d’entreprises ou de gouvernements…, alors quand je vois toutes ces personnes passionnées par l’innovation, l’entrepeunariat, les TIC, le Web et qui occultent totalement la sécurité, la confidentialité (enjeux majeur pour les entreprises innovantes) et qui n’hésitent pas à recommander les outils phares des startupers genre DropBox (stockage de fichiers), Evernote (prises de note, d’idées,…), Google Apps (collaboration), Skype etc…., je me dis parfois qu’il n’y a pas plus consensuel comme profiles (alors qu’ils prétendent et souhaitent faire bouger les choses) et qu’il est bien triste que de tels personnes, qui aiment construire , imaginer et proposer de nouveaux services, offrent le fruit de leur travail, de leur réflexion, de leur collaboration, sur un plateau à une administration qui permettra à un concurrents potentiel de leur couper l’herbe sous le pied….

Et que dire, de la décision de notre cher gouvernement qui préfère céder aux pressions des lobbys du logiciel propriétaire que de promouvoir l’enseignement des logiciels libres à l’école, ce qui pourrait garantir une meilleur maîtrise du système éducatif du pays et permettre à nos enfants d’avoir les notions de base des sciences de l’informatique (comprendre ce qu’est un réseau par ex.) et ne pas succomber bêtement (comme de bêtes consommateurs) aux sirènes des grands éditeurs de logiciel type « boite noire » (web ou sur ordinateur ou autre).

Cependant, ne nous leurrons pas. ce que fait le gouvernement américains, tous les autres le font aussi. Les pouvoirs en place, n’ont aucun intérêt à ce que tout le monde puisse comprendre les bases de l’informatique pour mieux maîtriser leur vie privée sur le net. Préserver le plus longtemps possible un modèle de société obsolète.

Au fait, le FBI annonçais publiquement la semaine dernière que la surveillance en temps réel des internautes était devenu leur objectif numéro 1 pour cette année 😀

Bref, comme d’habitude, on en parlera haut et fort dans les médias mainstream, on trouvera un coupable à jeter en pâture sur la place publique et dans une semaine, tout le monde aura oublié et il y aura toujours autant de poires pour manger des pommes.

Publicités

Facebook : le point central de votre présence en ligne…erreur!


Vous avez pu le voir, certains sites web qui se veulent « à jour », « au fait des dernières tendances », « Web2 », « In », proposent une panoplie bien établie de gadgets web (couramment appelés « Widget » qui signifie Window Gadget et non Windows Gadget comme on peut lire ci et là), permettant de partager l’information avec ses amis via différents services web (réseaux sociaux, email, print). Ces mêmes sites s’ils permettent aux visiteurs de s’enregistrer, peuvent parfois proposer un bouton « Facebook Connect » ou « Twitter Connect ». Ceci présente le gros avantage de pouvoir s’enregistrer sur un site, sans avoir à passer par la rébarbative étape de remplissage de formulaire d’enregistrement. De fait, dès que la connexion est établie via le compte Facebook, les sites web récupèrent automatiquement les informations entrées sur le fameux réseau social (photo, nom, prénom). Lire la suite